Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 00:31

Enfin, je me décide… Habituellement, je « ponds » mes récits de course sitôt rentré de mes périples mais là, je dois bien avouer que l’inspiration autant que l’envie me font défaut.

Pourquoi ? je ne sais… sans doute la crainte de déformer, de dénaturer, de travestir mes souvenirs, mes sentiments, mes rêves… Non, on ne rentre décidément jamais vraiment indemne d’un voyage en Himalaya. S’agissant de l’Himal race, j’en suis encore tout commotionné… de bonheur.

Pour venir à bout de cette course, il m’aura fallu user d’un certain courage, d’une grande persévérance parfois teintée d’une once de masochisme et être animé d’une farouche volonté de réaliser les 10 commandements …ceux de l’Himal Race.

 HIM3138  Himal-Race 0973

 

1-      De nombreux kilomètres tu parcourras 

 

HIM3026 

Commençons par « planter le décor ». L’Himal Race, c’est 850 kilomètres parcourus, 32 000 mètres de dénivelé positif, autant en négatif, 10 passages de cols qui culminent à plus de 5 000 mètres d’altitude (5 600 m de maxi), un sac de course pesant entre 8 et 12 kilos, des températures plutôt fraîches (-10 à -15° C la nuit) et des conditions de course et de repos pour le moins spartiates (triste record : 11 jours sans me laver !).

 

 

2-      Un bon matériel tu choisiras  

P1000329 P1000361



J’ai eu la chance de bénéficier d’un généreux bienfaiteur, Raid light Run Escapades, qui m’a procuré du très bon matériel et fourni de pertinents conseils (merci beaucoup Joël). C’est d’ailleurs indispensable dans ce genre d’épreuve. Le matériel devant être parfaitement adapté aux conditions extrêmes mais aussi suffisamment léger pour ne pas pénaliser les coureurs. Il m’aura fallu faire des choix entre confort et légèreté. En matière de vêtements par exemple, je ne disposais que d’une tenue de course et d’une tenue de soirée… Je ne pense avoir emporté que le strict minimum, contraint à couper le manche de ma brosse à dent et à supprimer ficelle et élastique de mon sac de course !

 

 

 

3-      De la hauteur tu prendras  

 

 P1000261                  P1000379

 

L’altitude a constitué un facteur très difficile à gérer. Pour ma part, je n’avais effectué que deux passages de cols à plus de 5 000m avant de courir cet Himal Race. Autant dire que j’étais un « puceau des sommets ». Sur le début de course, au Tibet, le manque d’acclimatation consécutif à une montée trop rapide a failli m’être préjudiciable. Par trois fois, mon taux de saturation en Oxygène est descendu en dessous de 65 % provoquant de violents maux de crâne et une incapacité à marcher normalement, ne parlons pas de courir… Je suis parvenu à passer le cap, d’autres ont eu moins de chance.

 

 

4-      Sur le chemin tu resteras

 

Une des principales difficultés de l’Himal race, c’est de progresser sur des chemins dépourvus de balisage. Les cartes d’orientations que l’on nous avait fournies étant erronées et imprécises, nous avons été souvent contraints de « jardiner », retrouvant notre chemin à force de persévérance et parfois de chance. Il devenait alors nécessaire de ne pas « aller trop loin » dans l’effort physique pour conserver suffisamment de lucidité. 



Himal-Race 1144          Himal-Race 1040

 



 

5-      D’étonnantes surprises tu vivras



L’édition 2010 de cet Himal Race, la troisième, a révélé de multiples surprises rendant notre tâche particulièrement difficile : la répétition de l’effort en milieu appauvri en oxygène, des vols de chaussures et de vêtements, des coups de sabots de yak, des erreurs de lecture de parcours nous obligeant à dormir « à la belle étoile » à 3 800m d’altitude… vous en connaissez beaucoup des courses où il devient nécessaire de dépecer puis de manger une chèvre au beau milieu des bois ! Mais toutes ces difficultés ont engendré du positif, une aventure humaine hors du commun : solidarité, patience, don de soi, résignation, partage… L’Himal race fait s’exprimer le meilleur de soi même.

 

P1000957                Himal-Race 1111

 

 

6-      De précieuses denrées tu te nourriras

   

Les compléments alimentaires dont les laboratoires NUTERGIA m’ont fait bénéficié ont constitué « un plus » indéniable autant dans la gestion de l’effort (Ergysport Stim, boisson d’effort), que dans les phases de récupération (Ergyrecup, boisson Regen). Je me suis senti dans de bonnes dispositions tout au long de l’épreuve, et même de mieux en mieux au fil des étapes. J’ai découvert de nouveau talent à mon organisme, capable de s’adapter à l’effort et de gérer avec grande habileté la fatigue. Les produits NUTERGIA m’ont permis « d’encaisser » près de 140 heures d’effort et de parfaitement récupérer les jours d’après course.

 

P1010974         Himal-Race 1166

 

 

7-      Le moral tu garderas

 

Le mental a été un facteur déterminant dans la réussite de cette épreuve. Il fallait être solidement « armé » pour vaincre l’Himal race. Enchaîner tous les jours, 10 heures d’efforts lesté d’un sac d’une dizaine de kilos en haute altitude, c’était rude. D’autant que les conditions de repos n’étaient pas vraiment réunies : repas souvent appauvris (peu calorifiques) et répétitifs, froideur du climat, lieux de couchage plutôt spartiates (préau d’école, salle de prière, tente…). De plus, les incertitudes concernant le parcours, les approximations dans l’estimation des distances ont miné le moral de certains coureurs. Pour ma part, j’ai vécu ces événements avec détachement et philosophie. C’est un aspect que je recherche et que j’apprécie, partir au gré du vent et bâtir son voyage chemin faisant. 

 

  P1010763   P1010833

   

 

  

8-      De fabuleux paysages tu contempleras

 

L’Himalaya est une région extraordinaire, les paysages y sont fabuleux, grandioses, majestueux. On se sent ridiculement petit, insignifiant lorsqu’on fait face à ses montagnes, ce sont de vrais monstres sacrés. J’ai été particulièrement impressionné par le calme qui y règne, par la puissance qu’elles dégagent. Pour un amoureux de la montagne que je suis, l’Himalaya est un endroit sacré, c’est un sanctuaire. Le plaisir, le bonheur que j’ai connu en « visitant » ces montagnes étaient si grands, si beaux… J’ai dévoré chaque instant, chaque seconde de ce périple avec délectation. J’ai pu sentir, écouter, respirer… Mes sens en éveil, j’ai parcouru le chemin, le bonheur.  

 

P1000309    P1000102

 

 

 

9-      Des êtres extraordinaires tu rencontreras

 

Les Népalais sont des gens fabuleux. Souriants, accueillants, ouverts, hospitaliers, ils sont d’une simplicité, d’une générosité, d’une gentillesse extrême. On a l’impression qu’au plus les conditions de vie sont difficiles, au plus l’être humain a la préoccupation de partager, de s’ouvrir aux autres, d’écouter, de chercher à comprendre. J’ai reçu une grande leçon de vie… Pour ce qui concerne le groupe de coureurs, il était tout simplement formidable, nous sommes devenus au fil des heures passées ensemble de vrais complices et l’émotion été grande lorsqu’un des nôtres était contraint à l’abandon.

 

HIM3587   P1000719

   

 

 

10-      Une expérience unique tu vivras

 

Le voyage est devenu au fil des kilomètres parcourus ce compagnon indissociable de l’Himal Race : voyage dans l’espace bien sûr, voyage dans le temps également, mais aussi et souvent voyage intérieur. J’ai très rapidement perdu mes repères et me suis volontiers laissé porté, guidé par les événements. Le voyage n’était plus seulement géographique, culturel, historique, il devenait spirituel. J’ai cherché à repousser mes limites le plus loin possible, mettant à profit chaque minute de ce voyage pour m’imprégner du mieux possible de ce fantastique univers. J’ai pu ressentir le bonheur de me retrouver « ici et maintenant ».

Dans certaines régions, c’était de l’exploration, le chemin se dessinait au fur et à mesure que l’on avançait. Ce côté exploratoire était totalement inattendu, aucune autre course ne propose « cette dimension ». C’est pour cela que l’Himal race est plus qu’une course, c’est une réelle aventure.

 

 P1030920                P1010581

 

 Mes pensées vont à mes proches qui m’ont entouré de leur amour et de leur soutien pendant ce voyage, et à Chris, qui m’a tant appris et à qui je rend hommage.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
<br /> <br /> Oui, pas facile d'écrire quelque chose sur cette fabuleuse aventure.Merci Seb de l'avoir fait pour nous, car même si j'ai écourté le parcours j'en garde d'aussi vibrantes émotions.<br /> <br /> <br /> Pour Thierry: si tu peux, n'hésite pas!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> Bizarement avec Yan je suis dans vos traces dans le choix des courses (UTMB, AMM...) donc il me reste à faire cette folie pour 2013 ???<br /> <br /> <br /> Bravo à toi <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> <br /> Seb,<br /> <br /> <br /> Super récit !<br /> <br /> <br /> Merci de nous faire partager ces moments inoubliables.<br /> <br /> <br /> On ressent bien la profondeur des choses de ce pays.<br /> <br /> <br /> A très bientôt sur "nos" chemins et bonne année à tous !!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre